Vestiges du Prieuré


Photos prises par JJ, ou extraits d’albums photos de Simone (ex-institutrice).





L'entrée du prieuré :




Gonds du portail


Les tours de l'enceinte :


Tour 1 depuis la mare
Tour 1 vue de l'intérieur, depuis le jardin du Paradis
(murs de 1,20m d’épaisseur)
Une des meurtrières de la tour 1.


Vue intérieur et extérieure d'une meurtrière de la Tour 1.
On distingue le trou de la canonnière percé ultérieurement.

Tour 2 depuis la mare.

Tour 2 vue du jardin du Paradis.

Détail de l'appareillage du mur


Tour 3 vue du jardin du Paradis.

Tour 3 vue de l'extérieur.



Tour 4 vue du jardin situé derrière celui du Paradis
(hauteur : 8 m)

Tour 5, chez Guy RENAUDET.

La maison du Paradis et dépendances (les logis) :

En 1793, le domaine ecclésiastique sera vendu comme bien national, en plusieurs lots qui furent attribués à différents acquéreurs. L’enceinte fut divisée en deux : le Prieuré, avec la maison du « Grand Logis » et ses dépendances, acheté par François BENOIST pour 20,200 francs. Il figure sur le cadastre napoléonien (parcelle 416).

En 1826, elle sera modernisée avec de grandes fenêtres, et l’on peut voir la date au dessus de la porte d’entrée, entourée des initiales du constructeur (FB : François BENOIST). 






Le grand logis

Notez la cassure de l'alignement de la façade.

Et le Paradis (qui comportait entre autres le cimetière des moines, d’où son nom, avec un bâtiment, « le Petit Logis », qui sera agrandi vers 1870 pour en faire une maison bourgeoise :

Bâtiment du Petit logis, adjacent au bâtiment principal.

Dallage de pierre



Peinture sur le trumeau de la cheminée style régence.
Détails des bâtiments peints des deux côtés.

Ancienne bâtisse adjacente.


Trou de boulitte

À l'intérieur de la bâtisse, un escalier mène à une cave.







L'ancienne maison Poulard :



Jusqu’à la Révolution le prieuré recouvrait une partie très importante du bourg de La Foye. Son empreinte est encore visible sur le cadastre napoléonien (ci-dessous), et encore de nos jours.


Ce plan fut dessiné entre 1815 et 1820. On y voit l’église (parcelle 414) dont le chœur n’existait déjà plus à l’époque. Et derrière un grand bâtiment (parcelle 416), à la fois grange et cellier. On peut y voir un appareillage de grosses pierres, typique des constructions du XIe et XIIe siècles :



Le mur nord de la grange.
Plusieurs murs à l’intérieur reprennent le même type et format de pierres que celles des murs de l’église et l’on peu même distinguer un certain nombre de marques qui s’apparentent à des signes de tailleurs de pierre :



On sait qu’après le grand défrichement du début du Moyen-Âge, les moines avaient planté de nombreuses parcelles de vigne. Dans ce bâtiment se trouvait le grand pressoir, et on peut encore y distinguer une grande dalle de pierre avec rebord, sur laquelle il était probablement installé.




La pièce adjacente, très sombre, munie de petites ouvertures, devait être le chai (cellier) ou s’entassaient les nombreuses barriques.



Les ouvertures du cellier, vue de l'ext érieur.
Très curieux, l’on retrouve à l’intérieur dans un mur bouché par de grosses pierres, une colonne sculptée sur toute la hauteur. Quelle peut en être l’origine ?




La cave Marie-Thérèse Souchet, en face de l’église :







Autres bâtiments

Il subsiste également plusieurs bâtiments très anciens, certains ayant été démolis, dans un vaste terrain bordé de grands murs :




Le pigeonnier

Le prieuré possédait un pigeonnier. On distingue encore les trous de boulins dans le mur :



Le puits

Dès la construction du prieuré, au XIIe siècle, un puits très profond avait été creusé (près de 40 mètres de profondeur) afin de procurer de l’eau à la population du village, le bourg étant situé sur une colline dépourvue de sources et de rivières.

Ce puits était « banal », à savoir que son utilisation était soumise à la règle du « ban » : les villageois devaient payer pour son utilisation. On en retrouve un sur le terrain dont l’intérieur est superbement maçonné en pierre. Est-il d’origine ? Apparemment il n’y en a pas d’autres.







---



1 commentaire: