26 mai 1793 : soixante soldats républicains rescapés de la bataille
de Fontenay arrivent à la Foye



























En février 1793, la Convention ordonne la levée en masse de 300 000 hommes, provoquant le mois suivant le soulèvement de la Vendée. Aussitôt, des vagues de réfugiés descendent vers la Charente Maritime. Situés sur cette route, les habitants de la Foye-Monjault en voient passer une partie.

En ce début de guerre, les Vendéens accumulent les victoires. En mai, les combats atteignent la ville de Fontenay-le-Comte, située en bordure sud de la région insurgée. Tenue en échec le 16 mai, l'armée vendéenne, commandée par Bonchamps, réattaque le 25. Cette fois, l'armée républicaine est mise en déroute.

Le lendemain de la bataille, une soixantaine de soldats rescapés arrivent au village de la Foye, à quelques 40 km au sud. Ils vont à pied et portent encore leurs armes. La majorité de ces hommes sont originaires de la Vienne. À leur arrivée, André Isaac BASTARD de CHATELIER, commandant de la garde nationale de la commune, ordonne leur arrestation. Ils sont alors désarmés et conduits devant Pierre BODIN, maire, et Jean Philippe CLERC du FIEFFRANC, commissaire et officier municipal, qui relève leur nom, leur lieu de résidence, ainsi que la nature des armes confisquées. La liste qui suit est celle qui fut rédigée ce jour-là, conservée dans le registre des archives municipales.

Si l'identification des soldats ci-dessous est exacte, leur arrestation n'eut pas de conséquence sérieuse : certains retournèrent chez eux, se marièrent, et reprirent un activité professionnelle.

La Foye-Monjault est à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest
de Fontenay. Par quelle route arrivèrent les rescapés ?
On peut penser qu'ils ne passèrent pas par Niort, où venait de se replier
le général Louis de Beaufranchet, ni par aucun gros bourgs,
sans quoi la garde nationale et les éléments de l'armée présents
en ces lieux les auraient déjà interpellé.

Texte :
Aujourd’hui le 26 mai 1793, l’an II de la République française, nous avons arrêté et désarmé les citoyens dénommés ci-après, qui nous ont déclaré venir de l’armée du département de la Vendée à Fontenay, lesquels sont ci-nommés:

  • Pierre CHEBASSIER de la commune de Villaret (Blanzay-Villaret, Vienne), peut être celui-ci.
  • X CHEBASSIER, de Chaunay (Vienne)
  • André BERNARDEAU, de Villaret,
    peut être celui-ci
  • Antoine ROCHER, de Villaret, peut être celui-ci.
  • Pierre TESSIER, de Villaret, peut être celui-ci.
  • Pierre SUIRE, de Villaret
  • Pierre ARNAUD, de Blanzay (Vienne)
  • Charles GALUAUD ou GALLIOT, de Blanzay (Vienne)
  • Jacques PORTON, de Blanzay (Vienne)
  • Pierre PAUTROT, de Blanzay (Vienne),
    peut être celui-ci.
  • François ROUSSEAU, de Saint-Pierre
    (Saint-Pierre-d'Exideuil, Vienne), peut être celui-ci.
  • François PISSAT, de Saint-Pierre
    (Saint-Pierre-d'Exideuil, Vienne)
  • François VRIEL, de Saint-Pierre
    (Saint-Pierre-d'Exideuil, Vienne)
  • Jean GRANIER, de Saint-Pierre
    (Saint-Pierre-d'Exideuil, Vienne),
    peut être celui-ci ou celui-là.
  • Jean SUIRE, de Saint-Pierre
    (Saint-Pierre-d'Exideuil, Vienne), peut être celui-ci.
  • François BRUN, de Saint-Pierre
    (Saint-Pierre-d'Exideuil, Vienne), peut être celui-ci.
  • Pierre GRANGET, de Saint-Pierre
    (Saint-Pierre-d'Exideuil, Vienne)
  • François CHAUVEAU, de Chauvigny (Vienne)
  • Pierre MOREAU, de Civray (Vienne),
    peut être celui-ci.
  • François CHAUVEAU, de Sévigny (Savigné, Vienne), peut être celui-ci.
  • Louis BOYER, de Sévigny (Savigné, Vienne)
  • Jacques BRUN, de Savigny (Savigné, Vienne)
  • Pierre de BENET, de Leson (? Lizant, Vienne)
  • Jean MERCIER, de Leson (? Lizant, Vienne)
  • René RACOFFIER, de Champagné-le-Sec (Vienne), peut être relié à celui-ci.
  • François GADIOU, de Voulême (Vienne),
    peut être celui-ci.
  • François BLANCHARD, de Linazay (Vienne),
    peut être celui-ci.
  • Jean BARBOT, de Linazay (Vienne)
[Les hommes nommés ci-dessus étaient] Armés chacun d’un fusil qu’ils nous ont remis, tous du district de Civray.

  • François MAGNAN, de Grinazay ( ? Linazay, Vienne), du district de Civray, peut être celui-ci.
[Magnan fut pris] Sans arme.

  • Pierre RATEAU, de Saint-Macoux (Vienne),
    du district de Civray
Armé d’un pistolet de poche.

  • Pierre CAILLÉ, de Saint-Macoux (Vienne),
    du district de Civray
Un sabre.

  • Jean BONNEAU, de ?
Un fusil à deux coups.

  • François ARLEAU, de Dusson
    (Usson-du-Poitou, Vienne)
Un fusil à deux coups, bayonnette.

  • Pierre MARCHAND, de Lavoux (Vienne)
  • Pierre VILLAIN (ou NIEULLET ?),
    de Chatain (Vienne)
  • Pierre RIBAUD, de Champagné
    (? Champagné-le-sec, Champagné-Saint-Hilaire
    ou Champagné-Lureau, Vienne)
  • Louis BAILLE, de Champagné
    ( ? Champagné-le-sec, Champagné-Saint-Hilaire
    ou Champagné-Lureau, Vienne)
  • Jacques COUPPAIN, de Champagné
    ( ? Champagné-le-sec, Champagné-Saint-Hilaire
    ou Champagné-Lureau, Vienne)
  • Jean VIN, de Sommière (Sommières-du-Clain, Vienne)
  • Louis DESMIER, de Champagné-Saint-Hilaire (Vienne)
  • Pierre TAULT, de Saint-Martin
    (Saint-Martin-de-l’Ars, Vienne,
    ou Saint-Martin-lès-Melle, Deux Sèvres)
  • François SAVETIÈRE, de Joussé (Vienne)
  • Pierre SENNÉ, de Joussé (Vienne)
  • Jérôme SENNÉ, de Saint-Segondin
    (Saint-Secondin, Vienne)
  • Jacques CLAVIER, de Saint-Segondin
    (Saint-Secondin, Vienne)
  • Jacques BODINOT, de Romagne (Vienne),
    peut être celui-ci.
  • André DESMIER, de Romagne (Vienne)
  • Pierre PELISSON, de Romagne (Vienne),
    peut être celui-ci.
  • Jean GUILLOT, de Romagne (Vienne),
    peut être celui-ci.
Un fusil.

  • Pierre GILLOT, d’Asnois (Vienne)
  • Louis DEMOIN (DEMOIS ?), de Château-Garnier (Vienne)
  • Jean BERNARD, de Romagne (Vienne)
  • Jean BAJOT, Saint-Maurice
    (Saint-Maurice-la-Clouère, Vienne)
  • Pierre PETIT, de Saumier
    (Sommières-du-Clain, Vienne), peut être celui-ci
    ou sur cette fiche.
[Sans indication]

  • Jacques BONNEAU, de Sommière
    (Sommières-du-Clain, Vienne)
Un fusil, bayonnette, giberne.

  • François HÉLIE, de Saint-Supplice
    (? Saint-Sulpice-les-Feuilles, Haute Vienne)
Un fusil.

  • Pierre PORTIJEAU, de Roumain (?)
Un fusil.

  • Jean GUION, de Bonnet, district de Saint-Julien (?)
Un fusil.

  • Pierre POTIRON, de Charrau (?)
Un fusil et bayonnette.

  • Louis POUSSARD, de la commune de Cherigny (Chérigné, Deux Sèvres), caporal des chasseurs des Deux Sèvres, peut être celui-ci ou sur cette fiche.
Un fusil à bayonnette, giberne, 20 cartouches, un sabre.

  • Jean SENICHAU, de Chail (Deux Sèvres), volontaire.
Un fusil, giberne, un sabre.

  • Jean ARNAUD, de La Barre (Deux Sèvres),
    district de Melle, volontaire.
Un fusil, giberne, bayonnette.

  • Jean VALLET, de Saint-Martin-lès-Melle
    (Deux Sèvres), volontaire.
Un fusil et bayonnette, la croix de la commune
de Paizay-le-Tort, un sabre.


---

Le 28 mai, [nous avons] désarmé les dénommés ci-après :

  • Jean DUMAINE, de Poussac
    (? Bioussac, Charente), district de Ruffec
  • Philippe ?, de La Forest (? Charente),
    district de Ruffec
  • Louis BAZIN, de Sauvigny (Savigné, Vienne),
    peut être celui-ci.
Un fusil, trois bayonnettes, un sabre.

Nous les avons envoyé de suite aux officiers municipaux

Fin du texte

---

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire