Maires


Dany MICHAUD, maire de la Foye-Monjault depuis 1995.

Le premier maire de la paroisse fut élu le 31 janvier 1790, conformément au décret de l'Assemblée nationale du 14 décembre 1789. Ce jour là s'étaient réunis en l'Église saint-Simon et saint-Jude 128 citoyens actifs. Pierre BODIN, âgé de 49 ans, fut élu avec une majorité de 27 voix. [cf. Procès verbal de l’élection du premier maire de la Foye]. Son rôle en tant que maire n'était pas très différent de celui de syndic qu'il avait tenu jusque là.

Ce fut d'abord l'église qui servit de mairie et de lieu d'assemblée, jusqu'à la destruction partielle de l'édifice en décembre 1793. Les premiers officiers municipaux, tels Jean Phillipe CLERC du FIEFFRANC, qui furent chargés de la gestion des registres de l'État civil, indiquent qu'en l'absence de « maison commune » ils recevaient les citoyens à leur domicile. La pratique du culte fut malgré tout rétablie en 1795, suivant la demande du curé DESPRÉS. Elle servit peut être à nouveau de lieu commun. Mais le terme de « mairie », dénotant l'existence d'un bâtiment dédié aux fonctions municipales, n'apparait dans les registres qu'à partir de janvier 1825.

Liste des maires de la commune :

  • Pierre Matthias BODIN (1740-1800), syndic, élu comme premier maire de la paroisse le 31 janvier 1790. Il démissionne le 18 septembre 1791 pour raison de santé, mais se fait réélire le 23 novembre 1791, puis de nouveau le 2 décembre 1792 (le mandat de maire est alors de deux ans). Il est réélu en 1794, mais son mandat est annulé le 6 novembre 1795 suite à la suppression des districts, remplacés par les cantons. L’office du maire, les postes des procureurs et officiers municipaux sont supprimés, leur effectif réduit à un seul agent municipal et à son adjoint. Beauvoir-sur-Niort étant le chef-lieu du canton, c’est son maire, MONTANIER, qui les nomme. François BASTARD de CRISNAY est d'abord l'unique agent municipal, remplacé en août 1798 par François Augustin RONDEAU. En 1799, Rondeau sera nommé « commissaire rattachés au canton de Beauvoir », avec de nouveau Pierre BODIN, et Pierre GÉOFFRIAU qui avait été agent national de la commune en 1794.



  • André Augustin VIEN (1759-1824) procureur de la commune jusqu'en 1790 (il perd son poste en novembre 1790, mais est de nouveau élu en décembre 1792), président de l'assemblée municipale dès l'élection de BODIN en 1790, nommé juge de paix du canton de Beauvoir le 17 mai 1794. Il est désigné comme deuxième maire du village le 29 mai 1800 (9 prairial an VIII) par le baron Claude François Étienne DUPIN, premier préfet des Deux Sèvres, poste qu'il conservera jusqu'en septembre 1815. Il remplaça Augustin RONDEAU à la rédaction des acte à partir du 11 juillet 1800. Parmi ses fils, François Augustin sera chasseur à pied et lieutenant dans la Garde Impériale, puis géomètre, et Pierre André sera maire de Chizé.



  • Jacques Gabriel Marie MANCEAU (1743-1828), chevalier, lieutenant au régiment de Dauphin dragons (1785), maire de la Foye de 1815 à 1822-28 (il était âgé de 72 ans en 1815, et il avait 85 ans à sa mort en 1828). Né à Thorigny, originaire de Celles-sur-Belle, il fut domicilié à la Foye dès 1809, avec son fils Gabriel Hippolyte (dont c'est peut être la signature ci-dessous), mais il n'était pas pour autant très familier du lieu et se référait parfois au hameau de "Trainebois". Il est fréquemment absent à partir de 1822, sans doute pour des raisons de santé, et son adjoint François Augustin RONDEAU tend à le remplacer avec l'aide de Gabriel Hippolyte MANCEAU, son fils. Il décède en 1828 avant la fin de son mandat. Il était issu d'une famille prestigieuse (voir à ce sujet la notice historique sur sa fiche).



  • Frédéric Théodore MARCHESSEAU (1801-), maire de 1831 à 1846. Originaire de Saint-Germain-de-Marencennes en Charente Maritime. Arrivé à la Foye dès 1823, il épouse cette année-là Héloïse Henriette JOUSSEAUME, petite fille d'André Augustin VIEN. Il  devient notaire de la Foye en octobre 1826 (charge qu'il cumulera avec sa fonction de maire) après avoir été formé dans le cabinet de son beau-père. Il eut pour adjoint Louis Augustin RONDEAU, fils de François Augustin. Les familles VIEN et MARCHESSEAU étaient liées avec André CHEVILLON, vétéran de la Garde Impériale, lui aussi originaire de Charente Maritime (Loulay) et époux de Madeleine VIEN, fille d'André Augustin. Ces derniers présents au mariage de MARCHESSEAU. Son fils, Pierre Frédéric Léopold, sera chef de bataillon du 3e régiment d’infanterie de marine, puis brièvement directeur de la colonie agricole pénitentiaire de Tesson à Prissé.



  • Jean André FRANÇOIS, de 1846 à 1848


  • Jean André FRANÇOIS, de 1848 à 1869
  • Vincent GÉOFFRIAU, de 1870 à 1882
  • Louis François MARTIN, de 1882 à 1887. Il est fait mention de lui dans le Journal Officiel du 14 mars 1884 : "Suppléants du juge de paix du canton de Beauvoir (Deux-Sèvres), MM. Tillié (Henri), adjoint au maire de Beauvoir, et Martin (Louis-François), maire de La Foye-Monjault, en remplacement de MM. Bourru et Legrand, démissionnaires."
  • Félix GARNAUD, de 1887 à 1890
  • Louis François MARTIN, de 1890 à 1892
  • Félix GARNAUD, de 1892 à 1912


  • François ARNAUD, de 1919 à 1929
  • Alphonse BOISSELIER, de 1929 à 1939
  • Léonce GÉOFFRIAU, de 1939 à 1943
  • Narcisse RIFFAULT, de 1943 à 1944
  • Léonce GÉOFFRIAU, de 1944 à 1945
  • Édmond PERROT, de 1945 à 1949
  • René BERLOUIN, de 1949 à 1953
  • Albert ROUBY, de 1953 à 1967 (maire très populaire au dire des anciens, et dont la belle-soeur, Réjane, nous a quitté le 13 juin 2016, âgée de 104 ans).
  • Jacques SAUVAGET, de 1967 à 1977
  • Michel CANTEAU de 1977 à 1993
  • Pierre HERVÉ, élu le 19 février 1993 (suite au décès de Michel), et jusqu'en juin 1995
  • Dany MICHAUD, élue le 23 juin 1995, actuelle maire de la Foye-Monjault.
Dany MICHAUD



<  Sommaire