Fiefs, cantons et lieux-dits

Remerciements à Dany et Jean-Jacques Sauvaget pour leurs recherches sur l’origine des parcelles et lieux-dits de la commune.
---

La nécessité de nommer les lieux est apparue très tôt dans l'histoire. La sédentarisation a entraîné la colonisation des terres et leur morcellement en parcelles de plus en plus nombreuses, traversées de chemins et de routes. Il a fallu se repérer et établir les possessions de chacun.

Les cartes reflètent ainsi le passé de la commune, avec leur lot d'appellations anciennes. Mais elles n'en retiennent qu'une partie. Tous les terrains avaient autrefois leur nom, et les habitants, qui se les transmettent dans les familles ou entre voisins, se souviennent encore de beaucoup d'autres.

De quand datent-ils ? Ils sont sans doute apparus à des époques différentes, suite à l'exploitation progressive des terres, et ce dès la création de la paroisse au XIe siècle. Certains termes évoquent même une origine antérieure. Tout ce qu'on peut dire avec certitude, c'est qu’ils étaient déjà en usage avant la Révolution, car ils figurent sur le cadastre napoléonien complété en 1820.

Parmi les noms, on retrouve des références :
  • au relief (vallée de la Combe), 
  • à la fréquentation animale (le Chêne aux Chiens), 
  • à la nature et à la qualité des sols (la plaine de Limaille), 
  • à la propriété (la Plante aux Moines), et aux noms de personnes, peut être des colons du XIIIe et XIVe siècle (Le Champ Berlin, les Champs Roumeau, les Champs Grolleau), etc…

Les principaux fiefs et cantons de la commune sont présentés sur l'assemblage ci-dessous (cliquez sur la carte pour l'agrandir, ou téléchargez le fichier PDF) :



Fief ou canton ? 

  • Fief : en droit féodal, un fief est une terre concédée par un suzerain à un vassal. À l’origine, le mot est dérivé du francique fehu (bétail). Il désignait des domaines mis en culture par des serfs, dont les récoltes servaient au vassal pour financer son équipement de combat à cheval, comme il était alors de coutume.
  • Canton : désigne un ensemble de parcelles qui forment les différentes sections du plan cadastral.

Signification des noms


Noms liés au relief :
  • La vallée de la Combe : ce mot est d’origine celtique et désigne une vallée. En dialecte Aquitain, c’est une vallée sèche remblayée partiellement, et la plupart du temps cultivée.
  • Le Chiron Magné : terme poitevin désignant une hauteur caillouteuse ou rocheuse. Le chiron est le nom local donné à un grand amas de cailloux, souvent le reste d’un tumulus néolithique, et souvent très étendu, ce qui semble être le cas avec l’ajout de magné provenant du latin magnus (grand).
  • La Vallée du Perrot : Perrot peut être interprété de plusieurs façons. En patois poitevin, c'est un dindon, et en sylviculture c’est un arbre ou baliveau qui a deux fois l’âge de la coupe. Il pourrait aussi s'agir du prénom Pierre, peut être en référence à l'un des colons défricheurs de la paroisse. 
  • Le Fief Rocher : de roche, masse de pierre. Peut aussi désigner un souterrain ou un refuge. 
  • Les Grandes Versennes : la versenne est un ensemble de champs labourés et contigus, dont les sillons ont la même direction. Dans des parcelles aux directions variées, certaines versennes s’imposent à l’observateur. En Saintongeais, le mot se prononce « veursenne » ou « vrr’senne ».

Noms liés à la nature du sol :
  • Les Champs du Bois : terrains défrichés à proximité d’un bois.
  • Le Haut et Bas Fairault : Fairault peut venir de ferros (ferrugineux), ou bien de ferraud (composé de fer), ou bien encore de ferreor (celui qui frappe, le combattant), et qui deviendra par la suite « fureur, féroce ». Cette grande étendue a peut-être été un champ de bataille du temps des Gaulois. En effet cette zone boisée était la frontière entre les grandes tribus gauloises des Pictons au nord, et des Santons au sud, jusqu’à la colonisation romaine. Il faut aussi noter que cette plaine inclinée était au Moyen-Âge très proche de la Chatellière, le poste de défense situé sur la route de Vallans, et dont le fief porte ce nom.
  • La Plaine de Limouillas : surface plate, terre élevée couverte de champs, sans haies ni murets. Limouillas vient de Limos (orme). Ce qui signifie qu’il y avait autrefois à cet emplacement une ancienne forêt, peuplée d’ormes.
  • Les Pierraillis : vient de pierrarius (éboulis de pierres), le sol pierreux convenant à la culture de la vigne.
  • Les Rôtis : sol peu profond, très sec, où se dessèchent les plantes, mais qui est propice à la vigne. Autrefois, le vin provenant des Rôtis avait une grande réputation de qualité.
  • Le Fief de la Brousse : brousse ou broussaille, zone recouverte de végétation basse (ronces, arbrisseaux, épines...), et de grandes herbes, souvent inextricables.

Noms liés au type de plantation ou de culture :
  • Les Casserons : zone où des vignes ont été arrachées. 
  • L’Ouche Allumette : terrain, généralement de bonne qualité, proche des habitations et enclos, de peu d'étendue, ordinairement clos de haies, servant de potager ou de verger, ou encore de petit pâturage. Le mot allumette renforce la notion de « petit, étroit ».
  • La Plante aux Moines : de tradition, cette zone située au bas du Fairault fut le premier endroit ou les moines plantèrent de la vigne (appelée « plante »). Ces parcelles en pente douce produiront pendant des siècles des vins d’excellente réputation.

Noms liés à la fréquentation animale :
  • Le Champ Berlin : berlin, d’origine germanique, signifie « ours ». Etait-ce un surnom, ou le patronyme du propriétaire ou de celui qui avait débroussaillé cette zone ?
  • Le Chêne aux Chiens : peut-être lié a une histoire de chasse (le chêne où se retrouvaient toujours les chiens à la fin de la chasse).
  • Le Fief aux Chèvres : autrefois, il n’y avait pas de chèvres à La Foye. Ce terme désignait alors les chèvres sauvages, femelles du chevreuil. Il faut noter que ce fief est situé à proximité du bois de la Brousse, qui est toujours fréquenté par les chevreuils de nos jours. On rapporte aussi que sous Henry IV, notre région était régulièrement traversée par des chevriers venant des Pyrénées, conduisant leurs troupeaux de 30 à 40 têtes pour aller les vendre en région parisienne.
  • Le Puits Merlaye : appelé autrefois le « Tennement du Poie Merlaye ». Tènement : ensemble de parcelles appartenant à une seigneurie, cultivées en jardin ou plantées en vergers, entourant le village. Ces parcelles étaient probablement à proximité d’un puits, ou poie en patois. Merlaye peut venir de merland, dérivé de merle, oiseau.
  • La Sansonne : vient de sansonnet (petit étourneau).
  • Le Fief Tesson : tesson désigne un blaireau, mammifère nocturne très commun dans nos bois.

Noms liés à la situation géographique :
  • Le Chemin de Beauvoir : ensemble de parcelles situé en bordure du chemin menant à Beauvoir. On trouve également le Chemin de Gript.
  • Le Champ du Cimetière : parcelles situées à proximité du cimetière de la route d’Usseau. Plusieurs fois par an, un grand concours de tir y était organisé, dont il nous reste une carte postale datant du début des années 1900.
  • Le Champ de la Croix : croix désigne un carrefour, ou marque une délimitation. Les Champs de la Croix sont situés à l’intersection de plusieurs chemins, toute comme pour la Croix Nue, où « nue » indique l'absence d’arbres ou de bois en ce lieu. Nue, en patois, peut aussi dire « nouveau ».

Noms liés aux construction ou à l’habitat :
  • La Châtelière : féminin de « châtelier », proche de châtelet : poste militaire placé le long des voies romaines, puis au Moyen-Âge une fortification défendant un passage, qui a donné châtelain, pour le propriétaire d'un château, puis châtellenie, garnison dépendant du châtelain. La légende rapporte qu’une telle garnison, dépendante du prieur de La Foye, se tenait sur l’ancienne route de Vallans, au niveau de Treillebois.
  • Le Canton des Loges : les loges étaient des huttes ou cabanes, couvertes de feuillage, que bâtissaient en forêt les bûcherons défricheurs pour se loger pendant les travaux.
  • Le Canton de la Mothe : « mothe » ou motte, en ancien français, désigne un tertre artificiel, une colline ou une butte, sur laquelle on construisait un fort en bois. En effet, on peut encore y observer une motte féodale surplombant la plaine de Granzay en bordure de la commune.
  • Le Canton du Moulin : se réfère au « Baudin », l'un des trois moulins à vent de la paroisse. Il était situé au nord-ouest du bourg et fut en service jusqu’au milieu des années 1800.
  • Les Champs du Moulin : parcelles situées au sud du bourg, de part et d’autre du chemin qui menait aux autres moulins à vent (« l'ancien », qui avait appartenu au prieuré, et « le Barreau », du nom de leurs propriétaires). Ceux-ci resteront en service jusqu’au début des années 1900.
  • Le Fief de la Tonnelle : au Moyen-Âge, une tonne était une cabane de bergers, ou un petit abri en branches. On notera l’expression ancienne : « Mets bled en grange et vin en tonnel », dans laquelle le mot tonnel a donné tonneau.

Noms liés à des propriétaires anciens :
  • Champ Boucard : du germanique bucc-hard (bûche – hard qui signifie « fort, dur »). Le boucard était aussi le nom d’une sorte de houe servant à défricher les terrains.
  • Canton de Lanzin : provient peut-être du nom d’un des premiers propriétaires, celui qui a défriché cette zone. De même pour les Champs Grolleau et la Fosse a Leulliaie.
  • Les Champs Francs : est-ce un souvenir des Francs, ces peuplades germaniques qui envahirent la Gaule au Ve siècle ? Ou plutôt l'indication de champs ayant appartenu à d'anciens serfs, où « franc » signifie libre.
  • Canton des Alleux : en droit féodal, un domaine héréditaire conservé en toute propriété par un alleutier, un homme libre et franc de toute redevance à un seigneur. Leurs possesseur ne doit payer ni redevance seigneuriale telle que le cens, ni les lods à chaque mutation. 

---
Les Lieux-dits de la commune comprennent :
  • La Châtelière
  • La Croix Nue
  • La Fosse à Leulliaie
  • La Galmetrie
  • La Plaine de Limouillas
  • La Plante aux Moines
  • La Vallée de la Combe
  • La Vallée de la Sansonne
  • La Vallée du Perrot
  • Le Canton, le bois et les bâtiments (ancienne métairie) de la Mirauderie
  • Le Canton de la Chenaie Bossette
  • Le Canton de la Fosse au Loup
  • Le Canton de la Mothe
  • Le Canton de la Vallée du Perrot
  • Le Canton de Lanzin
  • Le Canton des Alleux
  • Le Canton des Casserons
  • Le Canton des Loges
  • Le Canton du Bouquet
  • Le Canton du Champ Berlin
  • Le Canton du Chemin de Gript
  • Le Canton du Chêne aux Chiens
  • Le Canton du Fenetrault
  • Le Canton du Grand Bois
  • Le Canton du Fairault, avec et Haut et le Bas Fairault.
  • Le Canton du Moulin
  • Le Champ Berlin
  • Le Champ de La Croix
  • Le Champ du Cimetière
  • Le Champ du Moulin
  • Le Chemin de Beauvoir
  • Le Chemin de Gript
  • Le Chiron Magné
  • Le Fief aux Chèvres
  • Le Fief aux Chèvres Nord
  • Le Fief Conceau
  • Le Fief de la Brousse
  • Le Fief de Tesson
  • Le Fief de la Tonnelle
  • Le Fief des Alleux
  • Le Fief du Pont
  • Le Fief Rocher
  • Le Petit Bois
  • Le Puits Festy
  • Le Puits Merlaye
  • Les Champs Boucars
  • Les Champs du Bois
  • Les Champs du Cimetière
  • Les Champs du Moulin
  • Les Champs Francs
  • Les Champs Grolleau
  • Les Champs Roumeau
  • Les Grandes Versennes
  • Les Pierraillis
  • Les Rôtis
  • Les Souches
  • Les Vignes du Petit Bois
  • Le Hameau de La Grande Foye
  • Le Hameau du Grand Bois
  • Le Hameau de Limouillas
  • Le Hameau du Puyroux
  • Le Hameau de Treillebois
  • L’Ouche Allumette
---