Fermiers seigneuriaux du prieuré

Fermier : ce terme se rapportait parfois à un collecteur d'impôts (aides, contrôles, domaine, traites, gabelle, tabac). À la Foye, il s'applique aux notables qui gèrent les domaines agricoles du prieuré de Saint-Simon et Saint-Jude, et font la collecte des impôts s'y rapportant. Cette fonction leur est déléguée par le prieur, noble ecclésiastique touchant la majeur partie des bénéfices.

Liste des fermiers relevés dans les registres :

XVIe siècle, deuxième moitié :
  • Henri CAPPEL (ca 1576), fermier judiciaire, assisté de Noël GAUDE, Michel PANIER et Pierre SEILLÉ, aussi fermiers.

XVIIe siècle, deuxième moitié :
  • Jean FAUCONNET (ca 1686), « fermier général des fermes unies de la Foye ». Joseph AUVRY, alors prieur, décide de lui confisquer une partie de la récolte de vin. Ce dernier porta l’affaire en justice, et le tribunal prononça un jugement en sa faveur.

XVIIIe siècle, première moitié :
  • Jacques JOUSSEAUME (dès 1700), père de Jacques qui suit. Une note trouvée dans les registres de Saint-André à Niort, rapporte qu'il est autorisé à toucher une importante somme d'argent (qui donne une idée de sa fortune) sur la base d'une avance qu'il avait fait l'année précédente à la ville pour des réparations. 

  • Jacques JOUSSEAUME (jusqu'en 1743), grand-père de François ci-dessous. Il gérait la métairie de Sainte-Geneviève.
  • Louis Isaac BASTARD DE CRISNAY, seigneur de Péré, la Motte, la Chassotière et autres lieux, succède à Jacques JOUSSEAUME ci-dessus, son beau-père, après le décès de celui-ci en 1743 (le prieuré de la Foye était alors composé de huit fermes, de nombreux bois, de coteaux plantés de vignes, dont le vin réputé était distillé sur place en eau-de-vie et vendu en grande quantité à la foire de la Foye, le jour de la Saint-Simon et Saint-Jude). En 1761, Louis Isaac possédait déjà des domaines à Granzay, la terre de Crisnay, la métairie noble de la Touche Baujault (hérités de sa femme, Renée Honorée), des domaines à Frontenay-Rohan-Rohan et Bassée. En mars 1746, il devient fermier général des seigneuries de Faugerie et Bassée (duché-pairie de Frontenay-Rohan-Rohan, composés de maisons, bâtiments, moulins et fours banaux, métairies, etc). En 1764, il prend à bail la seigneurie de Péré-la-Mothe, qu'il achètera en 1771. Entretemps en 1769, il se fait céder les moulins à eau et à vent de la métairie de Péré (qui doivent être entièrement restaurés). En 1784, peu avant sa mort, il acquiert la seigneurie de Belleville et la Chassotière (dont les métairies couvraient plus de 110 hectares)  [Henri BASTARD DE PÉRÉ, Louis Isaac Bastard de Crisnay, fermier féodal de Péré].
  • Louis Pierre MOUSSARD (1748, 1752), qui sera plus tard fermier d'Ussolière (1761) et marchand à Thorigny. Fermier subalterne de Louis Isaac.
--- Paroisses voisines :
  • Abraham BASTARD, oncle de Louis Isaac ci-dessus, fermier de Frontenay-Rohan-Rohan (avant 1714)

XVIIIe siècle, deuxième moitié :
  • François JOUSSEAUME-BEAUPRÉ (1790, 1796). Il hérita peut être d'une partie des biens de Louis Isaac, son oncle, en 1787, à moins qu'il ne fut simplement fermier subalterne répondant d'André Isaac ci-dessous.
  • André Isaac BASTARD DES TOUCHES, fils aîné de Louis Isaac, né de son mariage en première noce avec Marie JOUSSEAUME, hérita de la charge de son père à la mort de ce dernier en 1787.
  • Jean-Baptiste GASPARD DE LA PERRIÈRE, racheta le prieuré et ses dépendances à la nation en mars 1791. Mais touché par les lois des suspects, il fut contraint d'émigrer. Ses biens furent ensuite bradés en 1793.
  • Léon BASTARD DE CRISNAY, fils cadet de Louis Isaac, racheta le prieuré en 1793, mais décéda en mai de la même année. C'est donc sa fille unique Pauline qui hérita de ses biens.
--- Paroisses voisines :
  • André Isaac BASTARD DE CHATELIER. En 1785, alors qu'il habite encore à Usseau, son père le fit fermier de la seigneurie de la Rochénard, qui appartenait jusqu'alors à Jacques Pierre THIBAULT, chevalier, seigneur de Neuchaize, la Rochénard et la Rébergerie (qui demeurait à Saint-André, Niort).
  • Louis DURAND (1790), fermier de Péré, paroisse de Prissé.


<  
Sommaire


---