Note concernant La Foye-Monjault et les communes avoisinantes


Dans le sud des Deux-Sèvres, le tracé du découpage des communes passe parfois au milieu de hameaux, voire au milieu de villages importants. Est-ce parce que des habitations ont été construites ultérieurement au découpage, à proximité de hameaux existants, sur des terrains appartenant à la commune voisine ? Cela expliquerait le nom de plusieurs villages appelés "La Maison Neuve".

À La Foye-Monjault, la partie principale du village de Limouillas appartient à la commune de La Foye, alors que sa partie nord, appelée "La Maison Neuve", est rattachée à la commune de La Revétizon (qui a depuis fusionné avec Beauvoir).

Même chose pour le village de Treillebois, dont la partie principale appartient à La Foye, mais dont la partie est, également appelée "La Maison Neuve", appartient à la commune de la Rochénard.

Et il en allait autrefois de même pour les hameaux du Grand-Bois et du Puyroux, avant la dissolution de la commune du Grand-Prissé.

Au sud-est de La Foye, au XIXe siècle, s'étendait alors une campagne avec un habitat très dispersé, où l'on trouvait les petites communes du Petit-Prissé, du Grand-Prissé et de la Charrière.

La commune du Grand-Prissé possédait une partie des hameaux du Grand-Bois et du Puyroux, qu'elle partageait avec la Foye. Elle avait son école, et bien qu'elle partagea avec La Foye l'usage et l'entretien de l'église Saint-Simon et Saint-Jude, elle avait également son église, celle-ci étant située en plein champ. La gestion de cette commune était toutefois compliquée car nombre de ses habitants s'adressaient de préférence à l'église, aux commerçants et aux artisans de La Foye d'un coté, ou de La Charrière de l'autre.

La Charrière se trouvait plus à l'est et, entre les deux, le Petit-Prissé comptait plusieurs métairies isolées.

En 1887, en accord avec le préfet, la dissolution de la commune du Grand-Prissé fut prononcée. La Foye-Monjault hérita des parties limitrophes, acquérant dans leur totalité les hameaux du Grand-Bois et de Puyroux. Sa population augmenta de deux ou trois cent habitants.

Après une période de transition, les élèves du Grand-Prissé se rendirent à l'école de la Foye. On ferma donc celle du Grand-Prissé. Quant à l'église, n'étant plus entretenue par la commune, elle resta quelques temps une chapelle avant de finir en grange.

L'autre partie du Grand-Prissé fusionna avec le Petit-Prissé pour former la commune de Prissé.

En 1892, l'évêque entérina la nouvelle répartition des paroisses.

En 1972, Prissé fusionna à son tour avec La Charrière pour former la commune de Prissé-la-Charrière.

Dernièrement, en 2018, Prissé-la-Charrière a fusionné avec les anciennes communes de Belleville, de Boisserolles et de Saint-Étienne-la-Cigogne pour former celle de Plaine-d'Argenson.

Et en janvier 2019, la commune d'Usseau, au sud-est, à fusionné avec Priaires et Thorigny-sur-le-Mignon, pour former celle de Val-du-Mignon.


---