Guerre d'Algérie


Au milieu des années 1950, un certain nombre de jeunes de La Foye furent engagés dans la guerre d’Algérie. On n’en connait pas la liste exacte.

Il y eu André MARET et Jacky DRUT, qui firent chacun deux ans à Oran. Positionnés dans les services de ravitaillement, ils n’eurent pas à participer aux combats meurtriers, et pour eux ce sont des bons souvenirs.

André PLOQUIN, lui n’a pas eu la même chance. Début Novembre 1956, après avoir effectué ses deux ans de service à Palestro, il venait juste d’être démobilisé.

Palestro n’était pas un bon souvenir pour lui. De nombreux français s’y étaient fait tuer lors d’embuscades. Celle du 18 mai 1956 était particulièrement douloureuse : 21 de ses camarades, tous appelés comme lui, s’étaient fait massacrer par des maquisards du Front de Libération National (FLN), juste à coté, sur les hauteurs des gorges de Palestro.

Un convoi de rapatriement vers Oran puis la France avait bien été prévu, mais il fallait attendre son arrivée encore plusieurs jours. Très pressé et voulant quitter ces lieux au plus vite, il décida avec plusieurs autres démobilisés comme lui, de prendre un Bus civil qui les ramènerait à Oran.

Mais le FLN avait tendu une embuscade. En cours de route, entre Dublineau et Perregaux, le bus explosa sur une mine, tuant 7 passagers français, un civil, M. Simon RUIZ, retraité des C. F. A., et 6 soldats dont André PLOQUIN. On était le 12 Novembre 1956 et il avait  24 ans.

Son corps fut rapatrié pour une sépulture dans le cimetière de La Foye. Ce fut le seul natif de La Foye à s’être fait tuer lors de cette guerre.

Les parents d’André habitaient au bourg de La Foye, au coin Joyeux. Son père, Célestin PLOQUIN était agriculteur.



Source des images : Cimetières du Mellois

On rajouta son nom sur la plaque  du monument aux morts, dédiée a la guerre 39-45 :





---


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire